Reuniting Europe

Will Merkel be more pro-EU now?

Now that she has won a third mandate as Chancellor, Angela Merkel might decide to give more impetus to the European project.

Merkel has argued that a treaty change could help enforce fiscal rules to avoid repeats of the debt crises plaguing members of the eurozone. Even those who reject federalism agree that without further integration the Eurozone would continue to be at risk.

Under Helmut Kohl, who was Merkel’s teacher in politics, Germany relinquished the Deutsch Mark. But the Chancellor of Germany remained a political embodiment of Europe, more than Barroso, Van Rompuy and Catherine Ashton altogether.

But the big question is – would Merkel agree that strong new leaders of the EU institutions be elected, and given more powers? Or would she instead have the present garden dwarfs replaced by other garden dwarfs?

We will find out soon. If a grand coalition is built, chances would be stronger that Martin Schulz, the social democrat President of the European Parliament, be elected as the PES candidate for Commission President. And his choice as German Commissioner would be probably carved in the coalition agreement.

A firebrand PES contender for Commission President would put pressure on EPP to come up with an equally strong personality, not from Germany, naturlich. This would be already a good beginning for the European election campaign.

This blogpost had an evolution during the day:

http://www.euractiv.com/eu-elections-2014/german-elections-put-martin-schu-news-530636

 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print

Comments

  1. Only The german Greens are by far more pro-europeans !

    But with Merkel in forefront with “No Eurobond in my life ” People gets even sicker!
    How are you gonna explain this to Merkel the sharing of the same values between member-states ?
    Don’t we have the same currency!
    Southern member-states with it’s high depth interests rates are the slave of the Merkel’s Union!
    5 Years and still in recession because leader’s agree’s on their interest’s only!
    No depth pooling and so on with a missing common treasury…

    There has been a lot of promise to citizens to be involve on the election of the president of the comission! Obviously i’ve doubt!
    Europe as Tony blair said needs real from us citizens elected President and not that 6th month an round-table presidency!!

    The thrust is becoming even lower without these real values mentionned!

    Either the right way or closing the doors!
    If Merkel thinks “If we sink then we will think all together”
    Well! Let’s do it if Merkel continue with her slave Union!

    “German elections launch Schulz towards Commission presidency”
    If that is true ….booring….colon cannonballs system!

  2. however there are indeed federal policies in which in a strongfull economy with a monetary system is a rule !! This is true ! That’s why explains in the U.S. their stable economy with a far less unemployement !
    In this Merkel and a lot of economists experts agree ! In fact there are treaties to change not only one but more!
    Without these rules the system is not strong in which 5 years in recession we have an so weak that will desequilibrate the economy if a next kind of “lehman” collaps will occur ! This can happen in all moment and we don’t know it!
    Time to tackle now!

  3. Dear friends
    You can see here this interesting article
    Article du journal Le Soir du lundi 23 septembre 2013
    Merkel frôle la majorité absolue », titre le quotidien espagnol de centre gauche El Pais, qui parle d’un « résultat sans précédent depuis l’époque du chancelier Konrad Adenauer (CDU) il y a 50 ans ». Le journal de centre droit El Mundo évoque quant à lui une « victoire historique ».« Triomphe retentissant de Merkel, qui espère gouverner en solitaire », explique encore le quotidien conservateur ABC.
    Pour le grand quotidien italien Corriere della Sera, la victoire d’Angela Merkel est « historique ». La Stampa affirme quant à elle que l’Allemagne a « couronné Angela Merkel ».
    Au Royaume-Uni, le quotidien conservateur Daily Mail juge de son côté qu’en remportant un troisième mandat, Mme Merkel « est devenue la (Margaret) Thatcher d’Allemagne ».
    En France, le quotidien libéral Le Figaro salue « le triomphe de Merkel » : « plébiscitée avec plus de 42 % des suffrages, la chancelière d’Allemagne était tout près d’obtenir hier soir la majorité absolue en sièges au Bundestag », écrit le journal français. « Triomphale », titre simplement le quotidien économique Les Echos.
    « Merkel gagne avec la majorité absolue », affirme au Portugal l’influent journal économique Jornal de negocios, tout comme le Diario de Noticias qui indique que « les télévisions donnent une majorité absolue à la CDU d’Angela Merkel ».
    Le quotidien officiel russe Rossiïskaïa Gazeta salue le combat de la chancelière qui « s’est battue pour chaque voix ».
    Le désastre des libéraux
    En Italie, La Repubblica souligne de son côté que « le triomphe de Merkel » s’accompagne aussi d’un « exit (pour) les anti-euro et les libéraux ».
    « Ce triomphe est un désastre pour son partenaire libéral au gouvernement, le FDP, qui est tombé dans un puits sans fond », pour le quotidien autrichien Der Standard de centre-gauche.
    « Merkel gagne un troisième mandat, mais les libéraux sortent du Parlement », relève pour sa part l’autre grand journal économique, le Diario economico. Le journal populaire Correio da Manhal fait le même constat en titrant sobrement « Angela Merkel réélue ».
    En Grèce, où règne une stricte politique d’austérité, la réélection de la chancelière n’est pas de bon augure. Le quotidien libéral Kathimerini estime que « le meilleur que peut espérer la Grèce c’est qu’(…) Angela Merkel ne remette pas à plus tard des décisions économiques cruciales pour Athènes ». Sur la chaîne Star, un commentateur économique constate amèrement que « la situation pour la Grèce ne va pas changer ».
    Merkel et l’Europe
    Dans son édito, Christophe Lamfalussy de La Libre Belgique écrit : « C’est une bonne nouvelle pour l’Allemagne et pour l’Europe. Merkel a survécu à la crise de l’euro, rendu pâlots bon nombre de clowns populistes comme Berlusconi et donné le sentiment que l’Allemagne était gouvernée. Certes les Grecs ne l’aiment pas. Mais que seraient la Grèce et l’euro aujourd’hui si elle n’avait pas insisté pour que les Grecs se serrent la ceinture avant de recevoir la manne européenne ? Qui d’autre au sein du Conseil européen aurait osé tenir tête à la clameur des rues et aux cris de « Merkel, Hitler » ? 3
    Dans l’édito du Soir, « Merkel triomphe. En Europe rien de nouveau », Pascal Martin aborde le sujet de l’Europe : « L’Allemagne ne changera pas radicalement d’attitude vis-à-vis de l’Europe, laquelle attend son bon vouloir. Avec Angela Merkel, tout nouveau soutien sera calculé au plus juste. En fonction des intérêts allemands. Pour la gauche européenne, le temps risque bien de rester aux désillusions ».
    Quelle coalition ?
    La RTBF s’interroge sur la coalition que devra choisir Angela Merkel : « On s’attend à des négociations longues et difficiles pour la formation d’un gouvernement. Angela Merkel a triomphé, mais elle va devoir à présent laisser un peu de place à son futur partenaire gouvernemental », peut-on lire sur le site rtbf.be
    Pascal Martin, dans Le Soir, précise : « Gouvernera-t-elle seule ou avec un allié ? La réponse n’est pas nécessairement écrite dans le verdict final de l’élection. S’allier aux sociaux-démocrates garderait au futur gouvernement l’avantage de disposer d’un appui dans les deux chambres, ce qui ne le préserverait pas de bras de fer coriaces, on le sait. Mais quelle plus belle opportunité pour la chancelière de faire à nouveau porter au SPD meurtri l’impopularité des mesures futures. Intérieures, mais aussi extérieures ».
    Le quotidien économique italien Il Sole 24 Ore précise que « pour rester chancelière (…) +Mutti+ pourrait avoir besoin d’une grande coalition en s’alliant à l’opposition sociale-démocrate qui a obtenu 26 % ».
    Pour le quotidien britannique The Financial Times, la perspective d’une coalition place le parti de Mme Merkel devant un « profond dilemme ». Les idéaux du parti social démocrate (SPD) « vont se frotter à Mme Merkel pour ne pas suivre le même chemin de l’austérité ».
    C’est un « un triomphe qui pourrait se terminer amèrement », avertit de son côté le quotidien autrichien Die Presse (conservateur). « Le triomphe de Merkel intervient sur le dos de son partenaire de coalition au gouvernement, le Parti libéral s’est effondré (…). Et si Angela Merkel ne peut gouverner seule, son espace de liberté se rétrécira ».
    « Encore 4 ans de casse avec Merkel », se désole le quotidien communiste français L’Humanité, qui constate qu’en perdant son allié libéral, elle « devrait former une coalition avec les sociaux-démocrates du SPD ».
    Have a nice day
    Anna

Comments are closed.